IconeFAQ ?

Actualité

Des actions rapides pour le maintien à domicile SVP!

Accueil  /  Actualités  /  Des actions rapides pour le maintien à domicile SVP!
Grand-maman et sa fille

La covid-19, une pandémie qui fait mal! Nous avons tous entendu le premier ministre souligner les problèmes liés aux services offerts aux aînés. Pour en citer quelques-uns, le manque de personnel, les budgets insuffisants, la désuétude de certaines installations, une organisation du travail inadéquate, la lourdeur du système, un manque d’encadrement, etc.

Des excuses pour les 30 dernières années

 

Monsieur Legault s’est excusé de ne pas avoir augmenté le salaire des préposés aux bénéficiaires. Mais, disons-le, le salaire ce n’est pas tout! Il faut revoir l’ensemble de l’organisation et de la gestion des services. Un chantier nécessaire, voire essentiel, qui prendra plusieurs années à réaliser pour implanter un réel changement. Il faut poser des gestes maintenant!

À souligner que tous les premiers ministres et tous les ministres de la Santé et des Services sociaux depuis trente ans devraient s’excuser pour les nombreuses réformes qui, semblent-ils, n’ont fait qu’alourdir le «système» et diminuer la qualité des services.

Un premier pas : le maintien à domicile

 

Construire, rénover des bâtiments, modifier les structures administratives, on le sait cela prend du temps. Misons alors sur le maintien à domicile! Une solution qui peut sembler simpliste à première vue, mais qui est nécessaire! Les événements catastrophiques des dernières semaines ont nettement démontré que regrouper un grand nombre de personnes vieillissantes à la santé fragile dans des milieux de vie quelque fois exiguës et inadéquats, n’est pas la meilleure option. Investissons aujourd’hui pour développer et soutenir le maintien à domicile!

Ne pas jeter «la personne âgée » avec l’eau du bain

Que nous les nommions CHSLD ou maisons des aînés, nous aurons toujours besoin de milieu de soins gériatriques. Des environnements structurés pour offrir des soins à des personnes âgées malades dont l’état de santé nécessite des services et traitements spécialisés. Soyons réalistes, nous parlons ici de réel centre hospitalier gériatrique. Investissons le plus possible dans les services à domicile pour ainsi favoriser une utilisation judicieuse des ressources spécialisées d’hébergement.

Des déracinements continuels

Exagérons un peu, pas beaucoup! Une personne âgée peut bénéficier de service à domicile pendant quelque temps. Elle s’adapte à la personne ou aux personnes qui viennent à la maison pour l’aider. Par la suite, elle peut avoir besoin de plus d’aide et d’un milieu de vie plus rassurant, elle envisage de déménager dans une résidence pour aînés. Là encore, elle s’adapte et rencontre de nouvelles personnes. Malheureusement, un problème de santé plus handicapant survient, après évaluation de sa situation elle est dirigée vers une ressource intermédiaire. C’est un troisième déracinement, mais ce n’est pas fini!  Plus tard, son état s’aggrave, elle sera dirigée vers un CHSLD pour y terminer ses jours. Dans certains cas, il est même possible qu’elle soit transférée à une unité de soins palliatifs en centre hospitalier.

Combien de fois, une personne âgée pourra être transférée d’un service à l’autre au nom de l’efficacité et l’efficience des services? D’ailleurs, nous le constatons, les services actuels ne sont ni efficients et ni efficaces.

Une aide à domicile lecture d'un livre

Plus d’excuses, des gestes concrets et vites!

Plusieurs leviers sont possibles à actionner pour répondre aujourd’hui aux besoins de la population vieillissante. Pensons notamment aux nombreux crédits d’impôt, augmentons et surtout, simplifions! Dans certaines régions; il faut attendre plusieurs mois, voire même des années pour bénéficier du programme PAD (programme d’adaptation de domicile), accélérons les processus; c’est bien de valoriser le travail des préposés aux bénéficiaires en institution, pensons aussi à ceux et celles qui offrent des services à domicile; une politique sur le maintien à domicile doit nécessairement favoriser et valoriser le rôle des proches aidants, pensons aux développements de ressources de répit; certaines ressources contractuelles avec le Ministère, par exemple les ressources intermédiaires, devraient disposer d’un meilleur financement pour bonifier leurs services, finançons adéquatement des services de qualité.