IconeFAQ ?

Conseil

Alzheimer et vieillir à la maison

Accueil  /  Conseils  /  Alzheimer et vieillir à la maison

Tout le monde en conviendra, le meilleur endroit où vieillir c’est à la maison, dans un environnement chaleureux et sécuritaire. Malheureusement, la maladie d’Alzheimer peut venir perturber la sérénité de cette vision autant pour la personne atteinte que pour les proches. L’Alzheimer est une maladie qui touche la maisonnée, pas seulement une personne!

Pensez à sécuriser la maison

Le choix de demeurer à la maison pour une personne atteinte n’est pas seulement émotif, il est aussi très rationnel, voire nécessaire. La personne va être en mesure de circuler et de maintenir ses activités quotidiennes parce qu’elle dispose de repères, d’habitudes bien ancrées qui facilitent son fonctionnement.

Par contre, un certain nombre de précautions sont nécessaires pour sécuriser l’environnement, éviter les accidents et faciliter le travail de la personne proche aidante. Le mot « travail » est pertinent, car c’est vraiment une « job » de s’occuper tous les jours, sans beaucoup de répit, d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Comme le souligne la Société Alzheimer du Canada, «la maladie entraînera : une diminution de l’équilibre et du temps de réaction; des troubles de la vision et de la perception; des limitations physiques rendant la marche difficile; des troubles de la mémoire, du discernement et de la compréhension intuitive. Gardez également à l’esprit que vous risquez d’être plus fatigué et de sentir la pression monter, ce qui nuira à votre capacité d’anticiper les risques et de prévenir les accidents. »

Dans ce contexte, toutes les actions nécessaires pour prévenir les chutes sont essentielles.

La salle de bain

Pour être en sécurité dans la salle de bain, il faut envisager :

De plus,

Assurez-vous que l’eau chaude n’est pas brûlante! La personne atteinte de la maladie d’Alzheimer n’aura peut-être pas le réflexe d’ouvrir un peu l’eau froide, pour tempérer légèrement l’eau chaude. Un jet d’eau trop chaud sous la douche peut provoquer un mouvement de recul et une chute. Même chose pour les lavabos de cuisine et de salle de bain. Prudence!

La chambre

Une chambre doit être un endroit paisible et sécuritaire

La personne atteinte qui se réveille la nuit peut se sentir perdu, ne pas savoir où elle se trouve! Si elle se lève, veut aller à la toilette, il faut s’assurer que le chemin est libre de tout obstacle. Évitez les petits tapis de type carpette, installer une ou des veilleuses notamment celles qui s’allume au mouvement. Une barre d’assistance au lit peut s’avérer très utile surtout si le lit (sommier + matelas) est assez, voire trop élevé. La barre aidera la personne à garder son équilibre au moment des transferts.

Une personne à risque d’errance la nuit peut demander une surveillance constante. La personne aidante va dormir d’un « seul œil ». Son inquiétude va perturber son sommeil avec des conséquences importantes à long terme. C’est là qu’un système de d’alarme de sortie de lit est utile et nécessaire!

Les moniteurs de prévention des chutes

Les moniteurs de prévention des chutes et les alarmes de sortie du lit sont conçus pour alerter les aidants lorsqu’une personne à risque peut avoir besoin d’aide. Ces moniteurs sont conçus avec différentes options; avec fil, sans fil et à cordelette pour s’adapter à tous les types de situations.

Ces moniteurs de chutes avec fil sont conçus pour être utilisés avec les coussins de lit et de chaise ainsi que les tapis de sol sensibles au poids. Il suffit de connecter le coussin de lit ou de chaise avec l’alarme de chute et de le placer sous la personne à risque de chutes. Lorsque la personne tente de se lever, la pression alors appliquée sur le coussin diminue, une alerte est donc déclenchée et le moniteur émettra un avertissement visuellement grâce à sa lumière intégrée.  Le moniteur émettre également une alarme sonore afin qu’une personne puisse porter assistance à la personne.

Le principe est inversé lorsque le moniteur est utilisé avec le tapis de sol ainsi le moniteur sera activé et l’alarme sonore se déclenchera dès que le poids de la personne sera appliqué sur le tapis de sol lors de la sortie du lit.

Un modèle de moniteur permet de faire entendre une voix sécurisante ou une musique apaisante au lieu d’une sonnerie. La personne se lève, elle entend une voix familière qui lui donne une consigne simple du genre « Paul, attend moi dans la chambre je m’en viens. »

Si la personne a tendance à chuter de son lit, il faut envisager un lit à profil bas ainsi qu’un matelas de sol. La personne roulera vers le sol au lieu de tomber. Les risques de blessures physiques sont nettement diminués et la personne sera beaucoup moins désorientée et perturbée.

Ce type de coussin d’alerte peut aussi s’utiliser sur un fauteuil.

La personne aime se bercer!

Souvent se bercer constitue une activité apaisante pour la personne. Une chaise berçante traditionnelle peut aussi constituer un danger dans la maison. Un fauteuil berçant autobloquant peut s’avérer un investissement teinté de prudence et de confort.

Ces fauteuils sont conçus pour se bloquer au moment où la personne cherche à se relever. Si elle s’appuie sur les bras du fauteuil pour s’aider, celui-ci demeurera fixe contrairement au fauteuil traditionnel qui provoquera un mouvement brusque ou dangereux vers l’avant. Il existe deux mécanismes distincts, un situé dans le dossier, l’autre dans le siège. Le choix du mécanisme dépend des habitudes de la personne.

La cuisine, des pièges à éviter

L’Appui pour les proches aidants d’aînés est un organisme qui contribue à améliorer la qualité de vie des proches aidants d’aînés et à faciliter leur quotidien en veillant notamment à ce qu’ils tirent pleinement profit des ressources mises à leur disposition. Sur leur site Internet, on trouve des conseils pratiques sous le titre : Maladie d’Alzheimer et sécurité à domicile : quelques astuces.

 Les astuces dans la cuisine

  • Utilisez des appareils munis d’un arrêt automatique (ex. : bouilloire, cafetière)
  • Il existe également des dispositifs d’arrêt automatique pour la cuisinière. Si vous craignez que votre proche utilise cet appareil, vous pouvez retirer les boutons de contrôle, installer un interrupteur externe non visible ou encore carrément débrancher l’appareil.

Par exemple, les produits « Safecook » sont conçu pour contrôler le temps d’utilisation de la cuisinière. Une fois le temps écoulé, le « Safecook » ferme l’alimentation électrique de la cuisinière ce qui éteindra les ronds ou le fourneau, malencontreusement laissés ouverts. Il existe deux modèles de minuteries : la mécanique (maximum 60 minutes) et l’électronique avec un temps maximal préprogrammé au moment de l’achat.

Certains modèles disposent d’une clé sous le contrôle de la personne autorisée à préparer les repas. Aussi, un modèle doté d’un module « intelligent » vérifie si des ronds ou le fourneau sont bien éteints avant de remettre le courant électrique. 


  • Utilisez un four à micro-ondes simple offrant des périodes de cuisson prédéterminées (ex. : 30 secondes) et appliquez un repère, comme un autocollant de couleur, sur le bouton à choisir.
  • Assurez-vous d’avoir un extincteur à proximité et que ce dernier soit bien à la vue.
  • Placez les couteaux et les produits ménagers hors de portée et, au besoin, installez des bloque-tiroirs, comme ceux employés pour les enfants.

La prévention des incendies

Une des premières choses à penser pour la sécurité si une des personnes de la maisonnée souffrent de perte de mémoire à court terme ou de la maladie d’Alzheimer c’est la prévention des incendies. La cuisine, le sous-sol, le garage sont des endroits à munir d’extincteur, d’en limiter l’accès et d’éliminer, à la source, les risques d’incendies:

  • Cachez ou éliminez les allumettes et briquets;
  • Surveillez de proche les fumeurs;
  • Éloignez de la cuisinière les produits inflammables;
  • Éviter les appareils de chauffage portatif;
  • Assurez-vous que le détecteur de fumée est fonctionnel;

Brochure sur la prévention des incendies à la maison

À la suggestion de la Société Alzheimer du Canada, Prenez quelques minutes pour remplir la liste de vérification suivante sur la sécurité à domicile. N’oubliez pas qu’au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, il sera peut-être nécessaire de mettre à jour vos réponses.

Liste de vérification sur la sécurité à la maison

  • Faudrait-il que j’enlève les petits tapis et que j’immobilise les plus grands pour prévenir les chutes
  • Est-ce que les escaliers sont sécuritaires ?
  • La personne est-elle en mesure d’utiliser en toute sécurité les appareils électriques de la cuisine et de la salle de bains ?
  • Est-ce que je devrais abaisser la température du chauffe-eau ?
  • Est-ce que je devrais mettre sous clé les médicaments, les produits nettoyants ou les produits chimiques pour le jardin ?
  • La personne peut-elle fumer toute seule, ou serait-il mieux que je cache le briquet et les allumettes ?
  • Serait-il mieux que je ferme certaines portes à clé ou que je déplace la serrure à un autre endroit ?
  • Est-ce que je devrais installer de l’équipement de sécurité dans la salle de bain (par ex.: barre d’appui, siège de toilette surélevé, tapis antidérapant) ?
  • L’éclairage permet-il d’éliminer les ombres qui pourraient causer de la confusion ?
  • Y a-t-il des objets qui désorientent la personne (comme des images, des miroirs) ?

Source: Société Alzheimer du Canada