IconeFAQ ?

Conseil

Se déplacer dans la maison pour les personnes à mobilité réduite

Accueil  /  Conseils  /  Se déplacer dans la maison pour les personnes à mobilité réduite
Deplacement-Conseils

Quelques ajustements ou adaptations sont nécessaires pour permettre à une personne à mobilité réduite de se déplacer dans sa maison. Il existe plusieurs équipements qui permettent d’aider une personne qui éprouve des difficultés à déplacer de façon sécuritaire. Mais, avant tout, il faut analyser son environnement et en particulier éliminer les obstacles.

Éliminer les dangers pour faciliter les déplacements dans la maison des personnes à mobilité réduite

Des aménagements intérieurs sont souvent nécessaires pour faciliter la mobilité d’une personne et favoriser son maintien à domicile. La première chose à faire est d’éloigner ou éliminer certains obstacles qui peuvent entraver un déplacement. Un tapis ou une carpette peuvent facilement être une source importante de chutes. Des personnes à mobilité réduite peuvent ressentir de la difficulté à lever les pieds pour faire un pas, ils peuvent glisser sur la carpette et provoquer le déséquilibre. Il est aussi suggéré d’éviter les tables basses, surtout si elles sont placées au milieu d’une pièce. Il faut réfléchir aux obstacles possibles qui se trouvent sur les différents « chemins » qu’emprunte la personne dans la maison. À titre d’exemple, aller du lit vers la salle de bain est un trajet qui doit être exempt d’obstacles. Pensons à la personne à mobilité réduite qui se lève régulièrement la nuit pour se rendre à la salle de bain. Elle ne doit pas rencontrer d’obstacles sur son chemin. L’utilisation de veilleuses est vivement recommandée.

Il faut analyser son environnement intérieur, bien libérer les différents trajets, surtout s’assurer qu’ils sont libres de tout obstacle, et ce en tout temps. Cela est encore plus important pour les personnes qui se déplacent avec un équipement d’aide à la mobilité comme une canne, une marchette ou un déambulateur. Généralement, il faut prévoir une largeur de près d’un mètre ou un peu plus de trois pieds pour les différents trajets.

Les déplacements dans la maison des personnes à mobilité réduite qui utilisent un fauteuil roulant

Une personne qui utilise un fauteuil roulant pour se déplacer dans la maison doit disposer d’un espace de rotation de 1,5 mètre (60 pouces) de diamètre pour changer de direction. Il faut aussi conserver un espace d’au moins 760 à 1200 mm (30 à 48 pouces) devant les meubles et interrupteurs afin d’en faciliter l’accès.
De plus, étant donné que la plupart des habitations n’ont pas été conçues pour des personnes en fauteuil roulant, certains endroits peuvent être très exigus, voire impossibles à manœuvrer efficacement. Un portique d’entrée avec deux portes, dont l’une donne accès à l’extérieur et l’autre à l’intérieur, peut s’avérer un obstacle difficile à franchir et rendre très pénible l’entrée et la sortie de la maison ou de l’appartement. Créer une entrée à aires ouvertes serait une configuration souhaitable. Si cela n’est pas possible, il convient de s’assurer que les portes sont assez larges et s’ouvrent du côté opposé au portique.
Il existe différents types de portes qui peuvent faciliter les déplacements dans la maison des personnes à mobilité réduite : la porte coulissante encloisonnée, la porte pliante, la porte coulissante et la porte-accordéon. Il est aussi suggéré de changer les poignées des portes. La poignée à levier, communément appelé « bec-de-cane » est un bon choix. Il peut aussi être utile d’installer une deuxième poignée près des charnières à la poignée d’origine : elle facilitera la fermeture de la porte. La personne assise dans son fauteuil pourra s’approcher suffisamment pour fermer la porte sans devoir s’étirer indûment.

Les déplacements dans la salle des bains pour les personnes à mobilité réduite

La salle de bain demande une attention particulière. Elle peut nécessiter des aménagements importants pour faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite. Si nécessaire, il faut abaisser la pomme de douche ou, encore mieux, utiliser une douche-téléphone posée à la hauteur d’une personne assise sur un siège de douche. Celle-ci doit avoir un contrôle pour arrêter l’eau directement.

Des barres d’appui doivent être fixées pour faciliter l’entrée et la sortie du bain ou de la douche, ainsi que près de la toilette. Il faut porter une attention particulière à la toilette. Celle-ci peut être surélevée par un siège élévateur ou encore être remplacée par une toilette adaptée, qui est plus haute et qui demande moins d’effort à la personne qui s’y assoie.

Dans la salle de bain comme ailleurs, ce serait une bonne idée d’installer des contrôles par détecteurs de mouvement ou des télécommandes pour les lumières. Cela peut éviter des travaux importants pour abaisser les commutateurs. De plus, principalement dans la cuisine, il y a souvent des interrupteurs sur les comptoirs qui ne sont pas accessibles par une personne en fauteuil roulant. Il faudra envisager de les faire déplacer pour les rendre accessibles.

Les déplacements dans les escaliers pour les personnes à mobilité réduite

Un escalier est un endroit auquel il faut porter une attention particulière pour faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite. Une chute dans un escalier peut s’avérer catastrophique. Encore là, il faut éviter les tapis qui ne couvrent pas entièrement les marches. Le dessus de la marche ne doit pas être glissant. Au besoin, il faut y installer des bandes antidérapantes. Tous les escaliers doivent être munis d’une rampe solidement ancrée au mur.

Il est possible d’installer des plateformes élévatrices ou des sièges ascenseurs pour les personnes qui sont dans l’impossibilité de monter et de descendre les marches. Il faut absolument consulter des experts afin de faire un choix judicieux. Bien que son installation demande un investissement important, ce type d’équipement peut nettement faciliter les déplacements pour les personnes à mobilité réduite.

L’escalier extérieur peut aussi présenter des défis importants pour ne pas dire insurmontables lors des déplacements des personnes à mobilité réduite. Une rampe d’accès devient alors une nécessité. Il faut avant tout penser à la sécurité de la personne qui l’utilisera. La rampe doit être la plus longue possible avec un pourcentage d’inclinaison le plus bas possible. La longueur d’une rampe devrait être de 7 fois la hauteur de l’obstacle. Ainsi, pour franchir un obstacle ou un escalier de 3 pieds, il faut envisager une rampe d’un minimum de 21 pieds, ce qui représente une pente de 14 %. Il est recommandé de ne pas dépasser une inclinaison de 15 %. Cela peut s’avérer difficile, voire impossible dans certains endroits. Un monte-escalier extérieur peut alors représenter une meilleure solution.

Des astuces pour aider aux déplacements des personnes à mobilité réduite

Selon les besoins des personnes à mobilité réduite, différentes astuces peuvent leur faciliter les faciliter leurs déplacements, par exemple abaisser les tringles dans les garde-robes, mettre les objets d’utilité courante à portée de la main d’une personne en fauteuil roulant, baisser les crochets pour manteaux, éliminer les seuils de portes. Plusieurs petits détails sont à regarder et à analyser pour faciliter les déplacements d’une personne à mobilité réduite.

Quel que soit le niveau de perte de mobilité, et même si une personne n’utilise pas un équipement d’aide à la mobilité, elle peut avoir besoin d’adapter son milieu de vie pour maintenir son confort et se déplacer en toute sécurité. Une consultation avec une personne qui connaît bien les pièges d’une maison ou d’un appartement peut être très utile pour adapter son environnement de vie sans nécessairement envisager des transformations trop onéreuses.